PROTA page d’accueil Protabase
Affichage de fiche

www.prota.org
. Page d’accueil PROTA
. search Protabase (English version)

Cassia abbreviata Oliv.

Protologue
Fl. trop. Afr. 2: 271 (1871).
Famille
Caesalpiniaceae (Leguminosae - Caesalpinioideae)
Noms vernaculaires
Longtail cassia, long-pod cassia, sjambok pod (En). Mbaraka, mkakatika (Sw).
Origine et répartition géographique
Cassia abbreviata est indigène depuis le Gabon jusqu’en Somalie et de toute l’Afrique australe jusqu’à l’Afrique du Sud. Il a été introduit à l’île Maurice.
Usages
Cassia abbreviata a servi à soigner de nombreux maux. On fume ses feuilles pour traiter l’hématurie, tandis que la fumée de rameaux en train de se consumer s’inhale pour soigner les maux de tête. L’infusion de racine se garde dans la bouche, ou bien on mâche les racines avant de les avaler pour soulager les maux de dents. La décoction de racines ou les racines séchées réduites en poudre dans de l’eau se boivent pour traiter les troubles gastro-intestinaux, les maux d’estomac, la bilharziose, les maladies vénériennes, la pneumonie, les hystéralgies, les règles abondantes, et les morsures de serpent ; on les prend en outre pour leurs vertus purgatives, stomachiques, aphrodisiaques, abortives et vermifuges. Le paludisme (y compris la fièvre biliaire hémoglobinurique) est également traité avec des extraits de racines. Un extrait à l’eau de racines s’utilise en collyre pour soigner l’ophtalmie. L’écorce de la tige en poudre appliquée sur les abcès et ajoutée dans la nourriture sert à soigner la diarrhée. La décoction d’écorce de tige sert de purgatif ainsi qu’à soigner le paludisme et la diarrhée. La graine est utilisée comme tonique.
Le bois est utilisé pour fabriquer des meubles, des pilons et des articles tournés. Il résiste aux termites, et pour cette raison les perches de ce bois sont un matériau de prédilection dans la construction des maisons. Le bois est également une source utile de charbon de bois et de bois de feu. Cassia abbreviata a aussi de l’importance pour la conservation des sols et comme arbre d’ombrage. Les fleurs sont très appréciées par les abeilles. L’écorce de la tige sert au tannage et à la teinture.
Production et commerce international
Une décoction de racines de Cassia abbreviata était produite autrefois à l’échelle commerciale et vendue en Afrique australe comme remède contre la fièvre bilieuse hémoglobinurique et la schistosomose. Le commerce de racines et d’écorce destiné à un usage local reste important en Afrique de l’Est et du sud-est. De nos jours, les guérisseurs traditionnels comptent sur les négociants pour s’approvisionner, tandis que jadis ils récoltaient eux-mêmes le matériel végétal dont ils avaient besoin. Une demande élevée et une récolte destructrice ont entraîné de fortes augmentations de prix, du moins au Malawi.
Propriétés
On a isolé de l’écorce de la racine, de l’écorce de la tige, des feuilles et des fleurs plusieurs anthraquinones, triterpénoïdes, dérivés de flavanol, ainsi que des acides organiques. Tant les extraits des racines et que ceux des feuilles ont fait preuve d’une forte activité antiplasmodique in vitro. L’injection chez des rats d’un extrait brut de l’écorce de tige a provoqué une baisse de la pression sanguine liée à la dose. Des essais menés sur des souris et des rates en gestation n’ont pas montré d’activité abortive de l’extrait d’écorce de la tige à des doses non toxiques pour ces animaux. Des extraits au méthanol, à l’acétone et à l’eau de l’écorce de la tige ont montré une inhibition significative contre un certain nombre de bactéries gram-positives et gram-négatives. Des essais sur un extrait de racine n’ont fait ressortir qu’une cytotoxicité peu élevée.
Le bois est lourd et brun foncé. Le bois de cœur a un grain grossier et présente des taches pâles.
Falsifications et succédanés
Comme purgatif, Cassia abbreviata est souvent remplacé par d’autres espèces de Cassia, Senna et Aloe.
Description
Arbuste ou petit arbre atteignant 10(–15) m de haut, caducifolié ; jeunes rameaux glabres ou poilus. Feuilles disposées en spirale, composées paripennées à 5–12 paires de folioles ; stipules linéaires, d’environ 1,5 mm de long, caduques ; folioles ovales-elliptiques à oblongues-elliptiques, de 3–6 cm × 1–3 cm, base arrondie à obtuse, apex obtus à subaigu. Inflorescence : grappe terminale lâche de 0,5–9 cm de long, à nombreuses fleurs ; bractées persistantes pendant la floraison. Fleurs bisexuées, légèrement zygomorphes, 5-mères, odorantes ; sépales obtus ; pétales oblancéolés à obovales, de 15–35 mm × 7–18 mm, jaunes ; étamines 10, dont 3 à filets d’environ 3 cm de long, 4 plus courtes et 3 rudimentaires ; ovaire supère, stipité, style très court, stigmate petit. Fruit : gousse cylindrique pendante de 30–90 cm × 1,5–2,5 cm, cloisonnée transversalement, déhiscente à 2 valves, ligneuse, noire, contenant de nombreuses graines noyées dans la pulpe. Graines ellipsoïdes, de 9–12 mm de long, brunes à noires. Plantule à germination épigée.
Autres données botaniques
Jusqu’au début des années 1980, le genre Cassia était considéré comme un très vaste genre comptant environ 550 espèces, mais par la suite il a été subdivisé en 3 genres : Cassia s.s., comportant une trentaine d’espèces, Chamaecrista et Senna. Au sein de Cassia abbreviata, on distingue 3 sous-espèces : subsp. abbreviata, subsp. beareana (Holmes) Brenan et subsp. kassneri (Baker f.) Brenan. Elles diffèrent par leur morphologie et leurs besoins écologiques. Cassia abbreviata se croise avec Cassia burttii Baker f., que l’on trouve en Tanzanie et au Mozambique. Cassia afrofistula Brenan a été par erreur considéré comme synonyme de Cassia abbreviata ; il est originaire du Kenya, de Tanzanie, du Mozambique et de Madagascar. Cassia burttii et Cassia afrofistula ont tous deux les mêmes usages médicinaux en Afrique de l’Est que Cassia abbreviata. Il est probable que ces 3 espèces ont été confondues.
Croissance et développement
Cassia abbreviata a une croissance moyennement rapide. Il est possible de le cultiver en association car il s’enracine profondément et sans doute il ne dispute l’eau et les nutriments aux autres plantes que de façon limitée. La floraison intervient sur l’arbre nu à la fin de la saison sèche et les fruits sont mûrs environ 7 mois plus tard. Cassia abbreviata ne forme pas de nodules racinaires mais il possède une teneur élevée en azote dans les feuilles. On a émis l’hypothèse qu’il pourrait fixer l’azote atmosphérique en symbiose avec des ectomycorhizes.
Ecologie
Cassia abbreviata se rencontre couramment dans les savanes arbustives à Acacia - Commiphora, ainsi que dans la savane boisée et la savane arborée. On le trouve généralement sur les termitières et les sols argileux. Si les arbres adultes résistent aux incendies, les semis en revanche sont vulnérables. La plante est tolérante à la sécheresse et peut supporter un gel modéré.
Multiplication et plantation
Cassia abbreviata est multiplié par graines ou par sauvageons. Un trempage à l’eau chaude améliore la germination des graines. Les graines germent 4–10 jours après le semis. On les sème dans un mélange sable-compost (1:1) et il faut les conserver au chaud et à l’humidité. Il vaut mieux se passer de caissettes de semis et semer directement dans des sachets en polyéthylène ou dans le sol. Avant le repiquage, 1–2 semaines après le semis, il faut tailler la racine parce que les plants développent dès le début une longue racine pivotante.
Gestion
L’écimage, le recépage, l’émondage et la taille sont les modes de conduite conseillés pour Cassia abbreviata. Un arrosage excessif donne lieu à une floraison médiocre.
Maladies et ravageurs
Les feuilles de Cassia abbreviata sont attaquées par l’oïdium provoqué par Phyllactinia cassiae.
Récolte
Pour détacher l’écorce de Cassia abbreviata il faut n’enlever que des petits morceaux, et non procéder par annélation, comme cela se pratique couramment. Récolter les racines est encore plus destructeur.
Traitement après récolte
L’écorce récoltée est mise à sécher à l’ombre en vue d’une utilisation ultérieure.
Ressources génétiques
Au Malawi et en Zambie, une récolte excessive d’écorce de Cassia abbreviata pour ses usages médicinaux a tué de nombreux arbres situés près des habitations. Les populations au Kenya et en Tanzanie sont également soumises à une grande pression. Il y a longtemps qu’on aurait dû prendre des mesures de protection des populations naturelles.
Perspectives
Au regard des usages médicinaux de Cassia abbreviata, nombreux et répandus, la quantité de recherches scientifiques sur cette espèce est décevante. La demande considérable en racines et en écorce entraîne une disparition rapide des populations sauvages. Des mesures de protection et de domestication sont nécessaires et urgentes.
Références principales
• Brenan, J.P.M., 1967. Leguminosae, subfamily Caesalpinioideae. In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 230 pp.
• Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
• Eriksen, S., Owuor, B., Nyukuri, E. & Orindi, V., 2005. Vulnerability to climate stress: local and regional perspectives. Proceedings of 2 workshops January 27–28, 2005, World Agroforestry Centre, Gigiri, Nairobi & February 14, 2005, KEFRI Research Centre, Kitui. CICERO Report 2006: 01. Oslo, Norway. 107 pp.
• Kayambazinthu, D., Barany, M., Mumba, R. & Holding-Anyonge, C., 2006. Miombo woodlands and HIV/AIDS interactions: Malawi Country Report. Forestry Policy and Institutions Working Paper 6. FAO, Rome, Italy. 126 pp.
• Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
• Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
• Otsyina, R. & Dery, B.B., 2001. The 10 priority medicinal trees of Shinyanga, Tanzania. Agroforestry Today 12(1): 5–8.
• Storrs, A.E.G., 1979. Know your trees: some of the common trees found in Zambia. Forest Department, Ndola, Zambia. 380 pp.
• World Agroforestry Centre, undated. Agroforestree Database. [Internet] World Agroforestry Centre (ICRAF), Nairobi, Kenya. http://www.worldagroforestry.org/ resources/databases/ agroforestree. Accessed July 2006
Autres références
• Augustino, S. & Gillah, P.R., 2005. Medicinal plants in urban districts of Tanzania: plants, gender roles and sustainable use. International Forestry Review 7(1): 44–58.
• Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
• Chhabra, S.C., Mahunnah, R.L.A. & Mshiu, E.N., 1987. Plants used in traditional medicine in eastern Tanzania. 1. Pteridophytes and Angiosperms (Acanthaceae to Canellaceae). Journal of Ethnopharmacology 21: 253–277.
• Connelly, M.P.E., Fabiano, E., Patel, I.H., Kinyanjui, S.M., Mberu, E.K. & Watkins, W.M., 1996. Antimalarial activity in crude extracts of Malawian medicinal plants. Annals of Tropical Medicine and Parasitology 90(6): 597–602.
• Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
• Gessler, M.C., Msuya, D.E., Nkunya, M.H.H., Mwasumbi, L.B., Schär, A., Heinrich, M. & Tanner, M., 1995. Traditional healers in Tanzania: the treatment of malaria with plant remedies. Journal of Ethnopharmacology 48: 131–144.
• Gorter, G.J.M.A. & Eicker, A., 1987. Additional first records of perfect stages of some powdery mildew fungi in South Africa, including a new species. South African Journal of Botany 53(1): 93–97.
• Högberg, P. & Alexander, I.J., 1995. Roles of root symbioses in African woodland and forest: evidence from 15N abundance and foliar analysis. Journal of Ecology 83(2): 217–224.
• Kambizi, L. & Afolayan, A.J., 2001. An ethnobotanical study of plants used for the treatment of sexually transmitted diseases (njovhera) in Guruve District, Zimbabwe. Journal of Ethnopharmacology 77: 5–9.
• Kamuhabwa, A., Nshimo, C. & de Witte, P., 2000. Cytotoxicity of some medicinal plant extracts used in Tanzanian traditional medicine. Journal of Ethnopharmacology 70: 143–149.
• Malan, E., Swinny, E., Ferreira, D. & Steynberg. P., 1996. The structure and synthesis of proguibourtinidins from Cassia abbreviata. Phytochemistry 41(4): 1209–1213.
• Mølgaard, P., Nielsen, S.B., Rasmussen, D.E., Drummond, R.B., Makaza, N. & Andreassen, J., 2001. Anthelmintic screening of Zimbabwean plants traditionally used against schistosomiasis. Journal of Ethnopharmacology 74: 257–264.
• Mutasa, S.L. & Kahn, M.R., 1995. Phytochemical investigations on Cassia abbreviata. Fitoterapia 66(2): 184.
• Ndubani, P. & Höjer, B., 1999. Traditional healers and the treatment of sexually transmitted illnesses in rural Zambia. Journal of Ethnopharmacology 67: 15–25.
• Ndubani, P., Kelly, P., Farthing, M.J.G. & Wallman, S., 1998. Local understandings of adult diarrhoeal disease and its treatment in an area of high HIV-seroprevalence in Zambia. Tropical Medicine & International Health 3(10): 783–787.
• Parry, O. & Matambo, C., 1992. Some pharmacological actions of aloe extracts and Cassia abbreviata on rats and mice. Central African Journal of Medicine 38(10): 409–414.
• Parry, O., Mutangadura, N. & Duri, Z.J., 1992. The effects of Cassia abbreviata on rat blood pressure. Central African Journal of Medicine 38(11): 435–438.
• Steenkamp, V., 2003. Traditional herbal remedies used by South African women for gynaecological complaints. Journal of Ethnopharmacology 86: 97–108.
• van Wyk, B.E. & Gericke, N., 2000. People’s plants: a guide to useful plants of southern Africa. Briza Publications, Pretoria, South Africa. 351 pp.
• von Koenen, E., 2001. Medicinal, poisonous and edible plants in Namibia. Klaus Hess Verlag, Göttingen, Germany. 336 pp.
Sources de l’illustration
• Ross, J.H., 1977. Fabaceae, subfamily Caesalpinioideae. In: Ross, J.H. (Editor). Flora of southern Africa. Volume 16, part 2. Botanical Research Institute, Department of Agricultural Technical Services, Pretoria, South Africa. 142 pp.
• Serrato Valenti, G., 1971. Adumbratio florae Aethiopicae 22. Caesalpiniaceae - gen. Cassia. Webbia 26(1): 1–99.
Auteur(s)
V. Kawanga
Zambian Branch, Commonwealth Forestry Association, Private Bag RW 359X, Ridgeway, 15102 Lusaka, Zambia


Editeurs
G.H. Schmelzer
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
A. Gurib-Fakim
Faculty of Science, University of Mauritius, Réduit, Mauritius
Editeurs associés
C.H. Bosch
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
M.S.J. Simmonds
Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, Surrey TW9 3AB, United Kingdom
R. Arroo
Leicester School of Pharmacy, Natural Products Research, De Montfort University, The Gateway, Leicester LE1 9BH, United Kingdom
A. de Ruijter
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
Editeurs généraux
R.H.M.J. Lemmens
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
L.P.A. Oyen
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
Editeurs traduction française
M. Chauvet
Bureau national de PROTA pour la France, Pl@ntNet, UMR AMAP, TA A-51/PS1, Boulevard de la Lironde, 34398 Montpellier Cédex 5, France
J.S. Siemonsma
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands
Editeur des photos
A. de Ruijter
PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article:
Kawanga, V., 2007. Cassia abbreviata Oliv. [Internet] Fiche de PROTA4U. Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. <http://www.prota4u.org/search.asp>. Visité le .
Carte de répartition sauvage


1, rameau feuillé ; 2, inflorescence ; 3, fruit.
Redessiné et adapté par Iskak Syamsudin



port de l’arbre en fleurs


branche en fleurs