Record number
236

Species name
<B>Brassica rapa</B> L.

Species Code
Brassica rapa

Protologue
Sp. pl. 2: 666 (1753).

Family name
Brassicaceae (Cruciferae)

Chromosome number
2<I>n</I> = 20

Synonyms
<I>Brassica campestris</I> L. (1753).

Sp Syn Codes
Brassica rapa
Brassica campestris

Vernacular names
– Neep crops (En).<BR>– Chinese cabbage, petsai, pe-tsai (En). Pétsaï, chou chinois, pétsaï (Fr). Couve petsai (Po).<BR>– Pakchoi, pak-choi, celery cabbage, bok choi (En). Pakchoï, pakchoy, chou de Shanghaï, chou chinois (Fr). Couve chinesa, couve da China (Po).<BR>– Caisin, caisim, cai xin, choisum, choi-sum (En). Choy sum, brocoli chinois (Fr). Couve d’inflorescência (Po).<BR>– Turnip (En). Navet, rave (Fr). Nabo (Po).

Vernacular Codes
Neep crops
Chinese cabbage
petsai
pe-tsai
Pétsaï
chou chinois
pétsaï
Couve petsai
Pakchoi
pak-choi
celery cabbage
bok choi
Pakchoï
pakchoy
chou de Shanghaï
chou chinois
Couve chinesa
couve da China
Caisin
caisim
cai xin
choisum
choi-sum
Choy sum
brocoli chinois
Couve d’inflorescência
Turnip
Navet
rave
Nabo

Origin and geography
The origin of <I>Brassica rapa</I> is not known; the area extending from the eastern Mediterranean to Pakistan and eastern China has been suggested. Turnip is the oldest <I>Brassica rapa</I> vegetable. It was described at the times of Alexander the Great (356–323 BC), whose empire included the Middle East and Persia. From there it is supposed to have spread to South-East Asia and Africa via trade routes. The wide variation in <I>Brassica rapa</I>, together called neep crops, evolved in different parts of the Eurasian continent. Chinese cabbage and pakchoi developed in temperate regions of eastern Asia and caisin probably in subtropical regions of China. Vegetable turnip is highly regarded in Japan, and rather popular in Europe. Oil-seed types, including turnip rape and the southern Asian crops sarson and toria, are grown for rape-oil, with production centres in India, China, Canada and Australia.<BR>In tropical Africa <I>Brassica rapa</I> is occasionally reported as a cultivated vegetable in many countries, and is likely to occur in all countries. Chinese cabbage is most common, recorded as locally rather popular e.g. in Cameroon and DR Congo, followed by turnip, whereas pakchoi and caisin are found in areas with people of Asian origin. Caisin has been reported from Sierra Leone and is quite popular in Congo, where it is called ‘loundif’ in the Lengvele language, and mistakenly ‘endive’ in French.<BR><I>Brassica rapa</I> has also been recorded as a weed, e.g. in Eritrea, Ethiopia, Kenya, Uganda, Tanzania, Zimbabwe and Mozambique, probably as an escape from cultivation.

Origin Codes
West Africa
Central Africa
East Africa
Southern Africa
Indian Ocean Islands

Map
823

Uses
<I>Brassica rapa</I> comprises many crops with a variety of uses. Most important are the vegetables. The foliage of Chinese cabbage, pakchoi and caisin and the thickened taproot of vegetable turnip are used as vegetables. They are consumed boiled, in soups, fresh in salads, or stir-fried in special dishes. Caisin plants are often consumed in the flowering stage. When stir-fried, the smooth and tender petioles and peduncle retain a pleasing crispness. Chinese cabbage and pakchoi leaves are also eaten pickled. In Europe, special cultivars of turnip are important as fodder crop. <I>Brassica rapa</I> oil crops are of no importance in tropical Africa, but may be important elsewhere, e.g. in India, Canada and France, together with cultivars of <I>Brassica juncea</I> (L.) Czern. and <I>Brassica napus</I> L.

Commodity group
Vegetables

Uses Codes
Vegetables
Forages
Vegetable oils

Production
Chinese cabbage, pakchoi and caisin are leading market vegetables in China, Japan and South-East Asia, grown on more than 500,000 ha. Vegetable turnip is rather important in Japan and Europe. In tropical Africa Chinese cabbage and turnip are rather common in city markets, but pakchoi and caisin are of minor importance. All <I>Brassica rapa</I> types are grown occasionally for specialized markets in major cities for consumers of Asian and – to a lesser degree – European origin. No statistical data on yield and trade are known, but international trade is probably limited to some occasional export from East Africa to Europe and Arab countries.

Properties
The nutritional composition of Chinese cabbage is per 100 g edible portion (93%): water 94.4 g, energy 67 kJ (16 kcal), protein 1.2 g, fat 0.2 g, carbohydrate 3.2 g, dietary fibre 1.2 g, Ca 77 mg, Mg 13 mg, P 29 mg, Fe 0.31 mg, Zn 0.23 mg, vitamin A 318 IU, thiamin 0.04 mg, riboflavin 0.05 mg, niacin 0.4 mg, folate 79 &#956;g, ascorbic acid 27 mg. Raw pakchoi contains per 100 g edible portion (88%): water 95.3 g, energy 54 kJ (13 kcal), protein 1.5 g, fat 0.2 g, carbohydrate 2.2 g, dietary fibre 1.0 g, Ca 105 mg, Mg 19 mg, P 37 mg, Fe 0.8 mg, Zn 0.2 mg, vitamin A 4468 IU, thiamin 0.04 mg, riboflavin 0.07 mg, niacin 0.5 mg, folate 66 &#956;g, ascorbic acid 45 mg. The nutritional composition of turnip roots is per 100 g edible portion (81%): water 92 g, energy 117 kJ (28 kcal), protein 0.9 g, fat 0.1 g, carbohydrate 6.4 g, dietary fibre 1.8 g, Ca 30 mg, Mg 11 mg, P 27 mg, Fe 0.3 mg, Zn 0.3 mg, vitamin A absent, thiamin 0.04 mg, riboflavin 0.03 mg, niacin 0.4 mg, folate 15 &#956;g, ascorbic acid 21 mg (USDA, 2002).<BR>Leaf and root extracts of <I>Brassica rapa</I> showed antibacterial and antifungal activities.

Description
Erect, annual to biennial herb up to 1.5 m tall, with stout taproot, sometimes partly swollen (turnip); stem branched. Leaves arranged spirally but in a rosette during the vegetative stage; stipules absent; lower leaves more or less petiolate, pinnately parted with 1–5 pairs of small lateral lobes and large terminal lobe up to 90 cm × 35 cm, crenate, toothed, sinuate or entire, usually hairy; stem leaves pinnately parted to simple, clasping at base, glabrous, glaucous. Inflorescence a terminal umbel-like raceme up to 60 cm long, with open flowers overtopping the buds, elongating in fruit. Flowers bisexual, regular, 4-merous; pedicel up to 3 cm long, ascending; sepals 5–8 mm long, spreading, yellow-green; petals obovate, 0.5–1 cm long, clawed, bright yellow; stamens 6; ovary superior, cylindrical, 2-celled, stigma globose. Fruit a linear silique 4–10 cm × 2–4 mm, with a tapering beak 0.5–3 cm long, dehiscent, up to 30-seeded. Seeds globose, 1–1.5 mm in diameter, finely reticulate, dark brown. Seedling with epigeal germination, with a taproot and lateral roots; hypocotyl c. 5 cm long, epicotyl 2–4 mm long; cotyledons with petiole c. 2 cm long, blade cordate, 1–1.5 cm long, cuneate at base, notched at apex.

Other botanical info
The taxonomy of <I>Brassica rapa</I> is confused. Several infraspecific classifications have been proposed, each trying to capture the wide variation of the cultivated taxa in one taxonomical system, the result always being unsatisfactory. A classification in cultivar-groups has been made and of the approximately 12 distinguished, the following are of at least some importance for tropical Africa:<BR>– Chinese Cabbage Group (synonym: <I>Brassica pekinensis</I> (Lour.) Rupr.): producing short barrel-shaped to long torpedo-shaped heads, more or less tight but never as tight as in <I>Brassica oleracea</I> L. (headed cabbage).<BR>– Pak Choi Group (synonym: <I>Brassica chinensis</I> L.): producing a loose rosette of leaves, petioles enlarged, flattened, fleshy.<BR>– Caisin Group (synonym: <I>Brassica parachinensis</I> L.H.Bailey): producing a loose rosette with orbicular basal leaves, hardly winged petioles and non-clasping stem leaves, plants harvested before flowering or when the first flowers appear.<BR>– Vegetable Turnip Group: producing a swollen root (hypocotyl), varying in shape from flattened globose to ellipsoid and cylindrical, blunt or sharply pointed, and in colour from white to pink or yellow, apex white, green, red, pink or bronze, leaves sometimes also used as a vegetable.<BR>Several other groups of oriental vegetables are part of <I>Brassica rapa</I> but are practically unknown in Africa. These include the leafy vegetables Mizuna Group, Neep Greens Group and Taatsai Group.

Growth development
<I>Brassica rapa</I> seed has no dormancy, but it is advisable to wait for at least one week after seed drying before sowing. The seeds require 3–5 days to germinate under optimum soil moisture and temperature (20–25ºC). Germination is not influenced by light. <I>Brassica rapa</I> plants can be vernalized by low temperatures at a young stage.<BR>Chinese cabbage seedlings normally develop 5 leafs in two whorls (early type) or 8 leaves in three whorls (late type). At this stage, when the leaves are still horizontal, the plants are transplanted to the field. New inner leaves then start to grow more upright. Heading can start at the 12<SUP>th</SUP> leaf stage for early cultivars and at the 25<SUP>th</SUP> leaf stage for late ones. The heads can be harvested 40–80 days after sowing. In comparison with early cultivars, late ones have both more and larger non-heading leaves and more leaves forming the head (up to 100 leaves for late types). Bolting starts with elongation of the thick short stem while flower buds develop. Biennial types bolt after a period of relatively low temperature.<BR>Pakchoi is non-headed. The first two true leaves are opposite, later leaves are arranged spirally. At the harvest stage (after 40–45 days) a plant will have about 30 leaves: 10 juvenile, 14 fully expanded and 6 small inner leaves.<BR>Caisin has a small number of large elliptical leaves on a relatively thin stem. It bolts 30–80 days after sowing and bolting is less temperature-dependent than in Chinese cabbage.<BR>Turnip can be frost tolerant and is able to germinate far below the optimum temperature (starting 5 ºC). In 3 weeks the plant develops a strong taproot, 5–7 leaves and becomes 10–15 cm tall. Part of the root but mainly the hypocotyl will thicken as storage organ. In plants less than 10 weeks old, bolting can be induced by a few nights under 3ºC. Older plants require several weeks of low temperatures.<BR>Like all <I>Brassica</I> species <I>Brassica rapa</I> has a strong taproot and an extensive finely branched root system, primarily rooting in the top 40 cm of soil. In the generative stage the root system becomes much more extensive. The plants are cross-pollinated by insects such as honeybees. After fertilization, the slender fruits develop rapidly and reach full length some 3 weeks later and are ready for harvest after another 2 weeks.

Ecology
Caisin, pakchoi and a limited number of cultivars of Chinese cabbage are normally grown at low elevations in the tropics. Turnip and most cultivars of Chinese cabbage perform better in tropical highlands, above 800 m altitude. High temperatures can cause ‘tip burn’ and prevent head formation. High day and low night temperatures promote heading. Some turnip and caisin cultivars can tolerate light frost. Most cultivars of vegetable turnip are biennial in temperate areas, requiring a cold induction for bolting of about 6 weeks below 10°C. This condition can be met in East Africa above 2000 m, but in most cases the seed is imported. Caisin can be grown year round for its leaves and tender young inflorescences in subtropical and tropical regions, indicating that flower induction is not influenced by temperature, but there is a tendency towards faster bolting during long days. <I>Brassica rapa</I> plants have a high water requirement, but do not tolerate flooding. They prefer a well-drained fertile clay-loam soil with a pH of 5.5–6.5. A high level of organic matter will benefit the plants and balance the availability of essential elements. Plants are sensitive to salinity.<BR>In East and southern Africa <I>Brassica rapa</I> occurs locally as a weed on waste places and along roads at 1500–3000 m altitude.

Management
The plants are grown on ridges or raised beds. Beds can be mulched with straw or plastic to reduce weed growth and retain moisture in the soil. The soil should be fine and well manured (20–50 t/ha). Good drainage especially during the rainy season is essential. The first 3–4 weeks the crop needs regular weeding. The mineral uptake is rather high. A <I>Brassica rapa</I> crop yielding 25 t/ha requires per ha 150–200 kg N, 15–20 kg P and 100–150 kg K. For a correct fertilizer use, soil analyses are essential, combined with crop and cultivar requirements. Fertilizer is normally given in a few steps. It is advised to give 3.5 kg/ha of boron (Borax) before planting. Asian growers give fast-growing crops foliar fertilizer including calcium and boron once a week. Crops in the tropics often suffer from lack of micronutrients resulting in yield loss and increased disease incidence. Watering should be done as required to keep the rooting zone at 65–85% field capacity. Gradual dosage of water and nutrients as in modern cultivation (drip-tape, drippers, sprinklers) will increase yield and can reduce the spread of diseases with the irrigation water. In seed production it is important to supply sufficient boron (up to 10 kg/ha).

Propagation
Seed production of <I>Brassica rapa</I> is normally done outside the lowland humid tropics. Vernalization is easier and plants tend to bolt faster under cooler and longer days. Early bolting reduces the duration and cost of a seed crop. Also, many diseases occurring in the (humid) tropics cause fewer problems in cooler seed production areas. Dry seeds (less than 7% moisture content) can be stored at 20°C for at least 5 years without loss of viability. For open-pollinated cultivars of Chinese cabbage, caisin and pakchoi, seed yields of 1500 kg/ha can be achieved, and hybrids can yield 600–700 kg/ha. Decapitation of newly bolted plants stimulates the development of axillary buds and increases seed yield. For hybrid seed production, a male sterile or self-incompatible female parent is used. Commercial seed is graded for good and uniform germination. On average larger seeds give faster germination and more vigorous seedlings.<BR>Before sowing seed may be treated with hot water or a chemical such as thiram or hypochlorite to prevent seedborne diseases. Plants can be direct seeded (sowing depth 6 mm), raised in densely sown seedbeds or raised in pots or trays for transplanting to the field. For plants raised in seedbeds or trays, water soluble fertilizer (75 ppm, NPK 20–20–20) can best be added to the irrigation water given in the early morning. In the early stage seedlings may require light shading. Hybrids (mainly of Chinese cabbage) are transplanted due to the much higher seed cost. For Chinese cabbage the 1000-seed weight is 2–4.5 g and seed requirement 300–600 g/ha if transplanted and up to 5 times as much if directly sown. Plant density depends strongly on the cultivar grown and planting method used, but is usually 60,000–80,000 plants/ha. Seedlings are transplanted 20–30 days after sowing, in the late afternoon, and in rows 30–50 cm apart and 50 cm between rows. Planting holes may be treated with fungicides before transplanting to prevent damping off.<BR>Caisin and pakchoi are normally direct sown into the field in rows 20 cm apart or broadcast on raised beds. The 1000-seed weight is 2 g and the seed requirement 6–10 kg/ha. Seeds are covered with a thin layer of soil, rice straw or husk, and kept moist. Plants are thinned to 1 plant per 10 cm after about two weeks. In the first 2–3 weeks regular weeding is needed. If raised in seedbeds or trays, plants can be transplanted about 15–20 days after sowing.<BR>Turnip is thinly sown in drills 30 cm apart; the seedlings are thinned to 15 cm apart in the row.

Diseases
Many diseases attack <I>Brassica rapa</I> in tropical areas. Grey leaf mould (<I>Alternaria brassicae</I>, <I>Alternaria circinans</I>) and downy mildew (<I>Peronospora parasitica</I>) can be controlled by fungicides and growing tolerant cultivars. Anthracnose (<I>Colletotrichum higgingsianum</I>) is a serious leaf disease of <I>Brassica</I> species, e.g. in Côte d’Ivoire. Bacterial soft rot (<I>Erwinia carotovora</I>) occurs under hot humid conditions; its incidence can be reduced by increasing soil pH (liming). Storage rots caused by <I>Erwinia</I> can be controlled by alum powder. Black rot (<I>Xanthomonas campestris</I> pv. <I>campestris</I>) can be controlled by the use of disease-free seeds and seedlings, by planting cultivars with a high level of tolerance and by avoiding overhead irrigation. Clubroot (<I>Plasmodiophora brassicae</I>) has been spreading fast during recent decades and has become a detrimental disease in African highland areas. It is often introduced with soil on roots of transplants from other infested areas and can spread rapidly with irrigation water. Once it is established it can only be eradicated by growing non-host (non-<I>Brassica</I>) crops for at least five years. Damage can be reduced by wide crop rotation, eradication of cruciferous weeds (alternative hosts), by liming and avoiding cultivation on soils with pH < 6.5; a new control method is adding antagonistic soil fungi (<I>Trichoderma</I>, <I>Mortierella</I> spp.). A few cultivars of Chinese cabbage appear to have some resistance to some races of the pathogen, but high levels of durable resistance are not yet available. Other noxious fungal diseases are ringspot (<I>Mycosphaerella brassicicola</I>) and cabbage yellows (<I>Fusarium oxysporum</I>), which can be controlled by crop rotation and resistant cultivars. Cauliflower mosaic virus (CaMV) and turnip mosaic virus (TuMV) can be prevented by control of the aphid vectors and by eradicating hosts like weedy <I>Brassica</I> species.<BR>The most important pest of <I>Brassica rapa</I> is diamondback moth (<I>Plutella xylostella</I>) of which chemical control is increasingly ineffective because of the quick build-up of resistance to all except neem-based insecticides, whereas biological control with sex pheromones and parasitoids (<I>Diadegma semiclausum</I>, <I>Apanteles plutellae</I>, <I>Diadromus collaris</I> and <I>Oomyzus sokolowski</I>) is promising. Other insect pests are leaf webber (<I>Crocidolomia binotalis</I>), web worm (<I>Hellula undalis</I>) particularly in southern Africa, cut worm (<I>Spodoptera littoralis</I>), flea beetle (<I>Phyllotreta</I> spp.) and cabbage butterfly (<I>Pieris canidia</I>). The cabbage aphid (<I>Brevicoryne brassicae</I>) is vector of mosaic viruses; spraying is advised if more than two percent of plants are infested with aphids.

Harvesting
Leafy vegetables are best harvested early in the morning. Chinese cabbage heads are harvested when compact and firm, 40–75 days after sowing (tropical cultivars after 40–55 days). The plant is cut at the base, keeping the head intact. A few outer leaves are sometimes kept for protection during transport. Hybrids can be harvested once over, but heads of open-pollinated cultivars are checked for maturity and harvested in a few rounds. Pakchoi may be harvested as early as 3 weeks after sowing, but is usually harvested 30–45 days after sowing. Plants left in the field too long lose quality fast due to soft rot or bolting. Caisin is harvested just before the flowers open or at the maximum size of the plant just before bolting starts, generally 30–80 days after sowing. In the lowland cultivars are normally harvested several times during a period of 30–45 days after sowing. Late-bolting caisin hybrids are suitable for once-over harvesting. Plants are uprooted or cut at the base and packed in small bundles.<BR>Turnip can be harvested after 35 days for the earliest hybrids, after up to 80 days for later types. Depending on the cultivar, the swollen taproot is 5–10 cm in diameter when ready. It is separated from the leaves (topped) or packed and sold in bundles. In older plants, quality and taste of the turnip deteriorates fast.<BR>In seed production, plants are severed at the base when a noticeable proportion (about 80%) of the fruits have turned orange-brown; the fruits should not yet split when rubbed between the hands. Plants are bundled and hung on a pole for after-ripening and drying for one week. Then the fruits are threshed and sieved with 1.3–3.0 mm sieves, and the seed is dried in the sun. Healthy fully sun-dried seed (12% moisture content) should sink in water.

Yield
The yield of Chinese cabbage varies widely according to crop and maturity period, 30–50 t/ha of fresh product being the range for well-grown crops. Caisin can yield 20–45 t/ha in intensive cultivation. Highest yields can be achieved in very dense fields with large nitrogen applications. Pakchoi yields 10–30 t/ha depending on cultivar and time of harvest. Turnip yields 12–25 t/ha in the United States. Normally the swollen taproot is no more than 30% of the total weight of the plant.

Handling after
Under ambient conditions harvested Chinese cabbage, caisin and pakchoi plants have a very limited shelf life. The produce should reach the markets on the second day after harvesting at the latest. In some cases the outer leaves of the head can be peeled off and the head still be sold after 2–3 days. Storage on ice may cause chilling injury. Chinese cabbage heads can be stored for 3–6 months at 0°C without freezing and 98–100% relative humidity. The heads of some cultivars are chilling sensitive and should be stored at slightly higher temperatures. Storage in perforated polyethylene bags can extend shelf life, as can storing the heads upside down. In general, plants grown during cooler weather and plants with firmer heads store better. Harvested caisin plants can best be stored at 0–5°C at 95% relative humidity. Because of its general tenderness, it is not suited to pickling or other post-harvest processing. Turnip is not sensitive to chilling injury and can be stored for 4–5 months at 0°C at 90–95% relative humidity. During cooling, the temperature should be reduced gradually to prevent cracking. Turnip is also pickled and slices are deep frozen or dried.

Genetic resources
The largest variation in Chinese cabbage, pakchoi and caisin is found in China. The tendency is for the many landraces to be replaced by a few improved cultivars. The collection of African landraces of Chinese cabbage, e.g. farm-saved seed of old introductions in Cameroon and Congo, might be of interest for future breeding. Many cultivars of turnip can be found in Europe and Japan. The Chinese Academy of Agricultural Sciences (CAAS) at Beijing, the Asian Vegetable Research and Development Center (AVRDC) in Taiwan, the Institute of Horticultural Research at Wellesbourne, United Kingdom, the United States Department of Agriculture (USDA) and the National Institute of Agrobiological Research at Tsukuba, Japan hold large <I>Brassica rapa</I> collections.

Breeding
Breeding of Chinese cabbage has received much attention from AVRDC (Taiwan) and from Asian seed companies. In the tropics, breeding is limited by difficult vernalization at ambient temperatures. If flowering can be induced in the field, plants are bagged for controlled pollination. If flowering has to be induced artificially, plants are dug out and vernalized in cold rooms. Part of the head may be cut to make bolting easier. <I>Brassica rapa</I> plants show inbreeding depression and clear heterosis in hybrids. F<SUB>1</SUB> hybrid breeding using self-incompatibility started in the 1950s. Both genetic and cytoplasmatic male sterility occur naturally in <I>Brassica</I> species. Cytoplasmatic male sterility is now widely used to produce hybrids, systems based on genetic male sterility being impractical and costly. Anther microspore culture is used for the fast creation of completely homozygous lines. The breeding efforts resulted in early producing F<SUB>1</SUB> hybrid cultivars for tropical lowland conditions, that combine medium firm heads with heat tolerance and resistance to major diseases (soft rot, anthracnose, downy mildew, leaf spot, viruses).<BR>In caisin, hybrids are still of lesser importance, the advantages over open-pollinated cultivars being minor. Many improved cultivars are sold in large quantities in South-East Asia and southern China. Several breeding companies (Japan, China, Taiwan, Thailand) have small breeding programmes offering a wide variety of plant types. Some seed traders in Hong Kong offer good open-pollinated selections especially in the early bolting types. East-West Seed Company is the leading supplier of the late bolting type (‘Tosakan’) used in South-East Asia.<BR>Pakchoi breeding is concentrated in Japan and China, and improved open-pollinated and hybrid cultivars are offered. Mushashino Seed is a leading supplier of tropical hybrids. Turnip breeding is mainly done by European and Japanese seed companies and many cultivars are available, but none are especially adapted to tropical conditions. <I>Brassica rapa</I> breeding programmes especially for tropical Africa have not yet been reported, the activities being limited to cultivar testing of Asian and European introductions.

Prospects
In tropical Africa the only important <I>Brassica rapa</I> crop is Chinese cabbage and interest in it is increasing. Research on its breeding and agronomy for African conditions merits attention. Pakchoi and caisin are productive tropical leafy vegetables with an excellent nutritional value; they are relatively easy to grow and worth promotion. Turnip is less adapted to the tropics and not easy to grow, and is likely to remain a minor vegetable in Africa.

Species name Fr
<B>Brassica rapa</B> L.

Protologue Fr
Sp. pl. 2 : 666 (1753).

Nombre chromosomes
2<I>n</I> = 20

Synonymes
<I>Brassica campestris</I> L. (1753).

Noms vernaculaires
Neep crops (En).<BR>Pétsaï, chou chinois (Fr). Chinese cabbage, petsai, pe-tsai (En). Couve petsai (Po).<BR>Pakchoï, pakchoy, chou de Shanghaï, chou chinois (Fr). Pakchoi, pak-choi, celery cabbage, bok choi (En). Couve chinesa, couve da China (Po).<BR>Choy sum, brocoli chinois (Fr). Caisin, caisim, cai xin, choisum, choi-sum (En). Couve d’inflorescência (Po).<BR>Navet, rave (Fr). Turnip (En). Nabo (Po).

Origine et geographi
L’origine de <I>Brassica rapa</I> n’est pas connue ; on a suggéré qu’il s’agissait de la zone s’étendant de l’est de la Méditerranée au Pakistan et à la Chine orientale. Le navet est le plus ancien des légumes de l’espèce <I>Brassica rapa</I>. Il a fait l’objet d’une description à l’époque d’Alexandre le Grand (356–323 avant J.-C.), dont l’empire comprenait le Proche-Orient et la Perse. De là, on suppose qu’il s’est répandu à l’Asie du Sud-Est et à l’Afrique par les routes empruntées pour le commerce. La grande variabilité chez <I>Brassica rapa</I>, dont l’ensemble porte le nom de choux orientaux, s’est faite à travers différentes régions du continent eurasien. Le pétsaï et le pakchoï se sont développés dans les régions tempérées de l’est de l’Asie et le choy sum probablement dans les régions subtropicales de Chine. Le navet potager est très apprécié au Japon et relativement prisé en Europe. Les types oléagineux, dont font partie la navette et les oléagineux du sud de l’Asie appelés sarson et toria, sont cultivés pour leur huile, avec des centres de production situés en Inde, en Chine, au Canada et en Australie.<BR>En Afrique tropicale, on signale parfois la culture de <I>Brassica rapa</I> comme légume dans de nombreux pays et il est probable qu’elle existe dans tous les pays. Le pétsaï est le plus commun et on a noté que dans certains endroits, comme par ex. au Cameroun et en R.D. du Congo, il était relativement prisé, suivi par le navet, tandis que le pakchoï et le choy sum se trouvent dans les régions où vivent des populations d’origine asiatique. On a signalé la présence du choy sum en Sierra Leone et il est assez apprécié au Congo, où il est appelé “loundif” en langue lengvele, et de façon erronée, “endive” en français. <BR><I>Brassica rapa</I> a également été signalé comme adventice, par ex. en Erythrée, en Ethiopie, au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, au Zimbabwe et en Mozambique, probablement échappée des cultures.

Codes Origine
Afrique de l’Ouest
Afrique centrale
Afrique de l’Est
Afrique australe
Iles de l’océan Indien

Usages
<I>Brassica rapa</I> comprend de très nombreuses formes cultivées aux usages très variés. Les plus importants sont les légumes. Le feuillage du pétsaï, du pakchoï et du choy sum ainsi que la racine pivotante épaisse du navet potager sont utilisés comme légumes. On les consomme cuits à l’eau, en soupes, crus en salades, ou sautés dans des plats spéciaux. Les plantes de choy sum sont souvent consommées au moment de la floraison. Sautés, les pétioles lisses et tendres et les pédoncules ont une agréable consistance craquante. Les feuilles du pétsaï et du pakchoï se consomment également confites. En Europe, des cultivars spéciaux de navets (ou raves) constituent une importante culture fourragère. Si les cultures oléagineuses de <I>Brassica rapa</I> n’ont aucune importance en Afrique tropicale, elles peuvent en avoir ailleurs, par ex. en Inde, au Canada et en France, de même que des cultivars de <I>Brassica juncea</I> (L.) Czern. et <I>Brassica napus</I> L.

Groupes Usage
Légumes

Codes Usage
Légumes
Plantes fourragères
Oléagineux

Production commerce
Le pétsaï, le pakchoï et le choy sum sont les légumes les plus vendus sur les marchés de Chine, du Japon et d’Asie du Sud-Est, où on les cultive sur plus de 500 000 ha. Le navet potager est assez important au Japon et en Europe. En Afrique tropicale, le pétsaï et le navet sont relativement communs sur les marchés urbains, mais le pakchoï et le choy sum ont une importance secondaire. Tous les types de <I>Brassica rapa</I> sont parfois cultivés pour les marchés spécialisés des grandes villes, où ils sont destinés à des consommateurs asiatiques et – dans une moindre mesure – européens. Il n’existe aucune donnée statistique sur le rendement et le commerce, mais le commerce international se limite probablement à des exportations occasionnelles depuis l’Afrique de l’Est vers l’Europe et les pays arabes.

Proprietes
La composition nutritionnelle du pétsaï est, par 100 g de partie comestible (93%) : eau 94,4 g, énergie 67 kJ (16 kcal), protéines 1,2 g, lipides 0,2 g, glucides 3,2 g, fibres alimentaires 1,2 g, Ca 77 mg, Mg 13 mg, P 29 mg, Fe 0,31 mg, Zn 0,23 mg, vitamine A 318 UI, thiamine 0,04 mg, riboflavine 0,05 mg, niacine 0,4 mg, folate 79 &#956;g, acide ascorbique 27 mg. Le pakchoï cru contient par 100 g de partie comestible (88%) : eau 95,3 g, énergie 54 kJ (13 kcal), protéines 1,5 g, lipides 0,2 g, glucides 2,2 g, fibres alimentaires 1,0 g, Ca 105 mg, Mg 19 mg, P 37 mg, Fe 0,8 mg, Zn 0,2 mg, vitamine A 4468 UI, thiamine 0,04 mg, riboflavine 0,07 mg, niacine 0,5 mg, folate 66 &#956;g, acide ascorbique 45 mg. La composition nutritionnelle de la racine de navet, par 100 g de partie comestible (81%), est de : eau 92 g, énergie 117 kJ (28 kcal), protéines 0,9 g, lipides 0,1 g, glucides 6,4 g, fibres alimentaires 1,8 g, Ca 30 mg, Mg 11 mg, P 27 mg, Fe 0,3 mg, Zn 0,3 mg, vitamine A absente, thiamine 0,04 mg, riboflavine 0,03 mg, niacine 0,4 mg, folate 15 &#956;g, acide ascorbique 21 mg (USDA, 2002).<BR>Les extraits de feuille et de racine de <I>Brassica rapa</I> ont révélé une activité antibactérienne et antifongique.

DescriptionFr
Plante herbacée érigée, annuelle à bisannuelle, atteignant 1,5 m de haut, à racine pivotante trapue, parfois partiellement renflée (navet) ; tige ramifiée. Feuilles disposées en spirale, mais en rosette au stade végétatif ; stipules absentes ; feuilles inférieures plus ou moins pétiolées, pennatipartites à 1–5 paires de petits lobes latéraux et un grand lobe terminal atteignant 90 cm × 35 cm, crénelées, dentées, sinuées ou entières, généralement poilues ; feuilles caulinaires pennatipartites à simples, embrassantes à la base, glabres, glauques. Inflorescence : grappe ombelliforme terminale atteignant 60 cm de long, à fleurs ouvertes dépassant les boutons floraux, s’allongeant à la fructification . Fleurs bisexuées, régulières, 4-mères ; pédicelle atteignant 3 cm de long, ascendant ; sépales de 5–8 mm de long, étalés, vert-jaune ; pétales obovales, de 0,5–1 cm de long, munies d’un onglet, jaune vif ; étamines 6 ; ovaire supère, cylindrique, 2-loculaire, stigmate globuleux. Fruit : silique linéaire de 4–10 cm × 2–4 mm, pourvue d’un bec effilé de 0,5–3 cm de long, déhiscente, contenant jusqu’à 30 graines. Graines globuleuses, de 1–1,5 mm de diamètre, finement réticulées, brun foncé. Plantule à germination épigée, formant une racine pivotante et des racines latérales ; hypocotyle d’environ 5 cm de long, épicotyle de 2–4 mm de long ; cotylédons à pétiole d’environ 2 cm de long, limbe cordé, de 1–1,5 cm de long, cunéiforme à la base, émarginé à l’apex.

Autres information
La taxinomie de <I>Brassica rapa</I> est confuse. Plusieurs classifications infraspécifiques ont été proposées, chacune tentant de saisir en un système taxinomique unique la très large variabilité des taxons cultivés, mais le résultat n’a jamais été satisfaisant. Une classification en groupes de cultivars a été élaborée et sur les 12 groupes environ qui ont été distingués, voici ceux qui ont une certaine importance pour l’Afrique tropicale : <BR>– Groupe Pétsaï (synonyme : <I>Brassica pekinensis</I> (Lour.) Rupr.) : produit des têtes ou pommes oblongues ou fuselées, plus ou moins serrées mais jamais autant que chez <I>Brassica oleracea</I> L. (chou pommé). <BR>– Groupe Pakchoï (synonyme : <I>Brassica chinensis</I> L.) : produit une rosette lâche de feuilles aux pétioles élargis, aplatis et charnus. <BR>– Groupe Choy Sum (synonyme : <I>Brassica parachinensis</I> L.H.Bailey) : produit une rosette lâche à feuilles orbiculaires basales, des pétioles à peine ailés et des feuilles caulinaires non-embrassantes ; les plantes sont récoltées avant la floraison ou lorsque les premières fleurs apparaissent. <BR>– Groupe Navet Potager : produit une racine renflée (hypocotyle), de forme variable, allant de globuleuse aplatie à ellipsoïde et cylindrique, obtuse ou pointue, et de couleur variable, du blanc au rose ou jaune, à l’apex blanc, vert, rouge, rose ou bronze ; feuilles parfois utilisées aussi comme légume. <BR>Il existe plusieurs autres groupes de légumes orientaux faisant partie de <I>Brassica rapa</I>, mais ils sont pratiquement inconnus en Afrique. Il s’agit entre autres des légumes-feuilles du Groupe Mizuna, du Groupe Neep Greens et du Groupe Taatsai.

Croissance
Les graines de <I>Brassica rapa</I> n’ont pas de dormance, mais il est recommandé d’attendre au moins une semaine après leur séchage pour commencer à semer. Les graines demandent 3–5 jours pour germer dans des conditions optimales d’humidité du sol et de température (20–25ºC). La germination n’est pas influencée par la lumière. Les plantes de <I>Brassica rapa</I> peuvent être vernalisées à basse température à un stade jeune.<BR>Les plants de pétsaï forment généralement 5 feuilles sur deux tours d’hélice (type précoce) ou 8 feuilles en trois tours (type tardif). A ce stade, lorsque les feuilles sont encore horizontales, on procède au repiquage en plein champ. De nouvelles feuilles internes se mettent ensuite à pousser plus érigées. La formation de la pomme peut commencer au stade de la 12<SUP>e</SUP> feuille pour les cultivars précoces et de la 25<SUP>e</SUP> pour les cultivars tardifs. Les pommes peuvent être récoltées à 40–80 jours après le semis. Comparés aux cultivars précoces, les tardifs ont une couronne extérieure de feuilles plus nombreuses et plus grandes et une pomme comportant davantage de feuilles (jusqu’à 100). A la montaison, la tige courte et épaisse commence par s’allonger et les boutons floraux se forment. Les types bisannuels montent à graine après une période de températures relativement basses. <BR>Le pakchoï n’est pas pommé. Les deux premières vraies feuilles sont opposées, et les suivantes sont disposées en spirale. A la récolte (au bout de 40–45 jours), la plante possède environ 30 feuilles : 10 feuilles juvéniles, 14 feuilles adultes et 6 petites feuilles internes.<BR>Le choy sum possède un petit nombre de grandes feuilles elliptiques sur une tige relativement mince. La montaison, qui intervient à 30–80 jours après le semis, dépend moins de la température que celle du pétsaï .<BR>Le navet supporte le gel et il peut germer bien en dessous de la température optimale (à partir de 5 ºC). En 3 semaines, la plante forme une forte racine pivotante, 5–7 feuilles, et elle atteint 10–15 cm de haut. Une partie de la racine mais principalement l’hypocotyle s’épaissit pour devenir un organe de stockage. Chez les plantes de moins de 10 semaines, la montaison peut être provoquée par quelques nuits en dessous de 3ºC. Les plantes plus âgées nécessitent plusieurs semaines de basses températures. <BR>Comme toutes les espèces de <I>Brassica</I>, <I>Brassica rapa</I> possède une forte racine pivotante et un vaste système racinaire finement ramifié, qui s’enracine surtout dans les 40 premiers cm du sol. Au cours du stade reproductif, le système racinaire devient encore plus vaste. Allogames, les plantes sont pollinisées par des insectes tels que les abeilles. Après la fécondation, les fruits fins se forment rapidement et atteignent leur longueur maximale environ 3 semaines plus tard ; ils sont prêts pour la récolte au bout de 2 semaines supplémentaires.

Ecologie
Le choy sum, le pakchoï ainsi qu’un nombre limité de cultivars de pétsaï sont normalement cultivés sous les tropiques à de faibles altitudes. Le navet et la plupart des cultivars de pétsaï donnent de meilleurs résultats dans les hautes terres tropicales, au-dessus de 800 m d’altitude. Des températures élevées peuvent provoquer la “nécrose marginale” et empêcher la pommaison. Des températures élevées le jour et basses la nuit favorisent la pommaison. Certains cultivars de navet et de choy sum peuvent supporter un léger gel. La plupart des cultivars de navet potager sont bisannuels dans les régions tempérées et nécessitent pour leur montaison une induction par le froid d’environ 6 semaines en dessous de 10°C. Cette condition peut être remplie en Afrique de l’Est au-dessus de 2000 m mais, dans la plupart des cas, il s’agit de semences importées. Dans les régions subtropicales et tropicales, on peut cultiver le choy sum toute l’année pour ses feuilles et ses jeunes inflorescences tendres : ceci montre que l’induction florale n’est pas influencée par la température, mais les plantes tendent à monter plus vite à graine pendant les jours longs. Les plantes de <I>Brassica rapa</I> ont besoin de beaucoup d’eau, mais elles ne supportent pas l’inondation. Elles préfèrent un limon argileux bien drainé et fertile avec un pH de 5,5–6,5. Un niveau élevé de matière organique profite à la plante tout en équilibrant la disponibilité des éléments essentiels. Les plantes sont sensibles à la salinité.<BR>En Afrique orientale et australe, <I>Brassica rapa</I> est présent par endroits comme adventice sur les terrains vagues et le long des routes, à 1500–3000 m d’altitude.

Gestion
On cultive les plantes sur billons ou sur des planches surélevées. On peut recouvrir les planches de paille ou de plastique pour limiter la pousse des mauvaises herbes et retenir l’humidité du sol. Le sol doit être fin et bien fertilisé (20–50 t/ha). Un bon drainage est essentiel, en particulier pendant la saison des pluies. Les 3–4 premières semaines, la culture nécessite un désherbage régulier. L’absorption de minéraux est relativement élevée. Une culture de <I>Brassica rapa</I> produisant 25 t/ha a besoin de 150–200 kg de N, 15–20 kg de P et 100–150 kg de K par ha. Pour utiliser correctement les engrais, il est essentiel de faire des analyses de sol tout en tenant compte des besoins de la culture et du cultivar. L’apport en engrais se fait normalement par étapes. Il est conseillé de donner 3,5 kg/ha de bore (borax) avant de planter. Les cultivateurs asiatiques donnent une fois par semaine à leurs cultures à croissance rapide un engrais foliaire comportant du calcium et du bore. Sous les tropiques, les cultures souffrent souvent d’un manque de micronutriments, ce qui entraîne une perte de rendement et augmente l’incidence des maladies. Il faut arroser en fonction des besoins pour maintenir la zone d’enracinement à 65–85% de la capacité au champ. Un dosage progressif en eau et en nutriments, comme le pratique l’agriculture moderne (au ruban goutte-à-goutte, par goutteur, par asperseur), augmente les rendements et peut réduire la propagation des maladies par l’eau d’arrosage. Pour la production de semences, il est important d’apporter du bore en quantité suffisante (jusqu’à 10 kg/ha).

Multiplication
La production de semences de <I>Brassica rapa</I> se fait généralement en dehors des basses terres humides tropicales. La vernalisation est plus facile et les plantes ont tendance à monter plus vite à graine lorsque les jours sont frais et longs. Une montaison précoce réduit la durée et le coût d’une culture porte-graines. Par ailleurs, de nombreuses maladies survenant dans les régions tropicales (humides) créent moins de problèmes dans les régions de production de semences où il fait moins chaud. Les graines sèches (moins de 7% d’humidité) se conservent à 20°C pendant au moins 5 ans sans perdre leur viabilité. Pour les cultivars de pétsaï, de choy sum et de pakchoï à pollinisation libre, un rendement de 1500 kg/ha de semences peut être atteint, tandis que les hybrides peuvent en produire 600–700 kg/ha. La décapitation des plantes nouvellement montées à graine stimule le développement des bourgeons axillaires et augmente le rendement en semences. Pour la production de semences hybrides, on utilise un parent mâle stérile ou femelle auto-incompatible. Les semences du commerce sont calibrées pour assurer une germination correcte et homogène. En moyenne, les grosses graines germent plus vite et produisent des plants plus vigoureux.<BR>Avant le semis, on peut traiter les semences à l’eau chaude ou avec un produit chimique comme le thirame ou l’hypochlorite pour prévenir les maladies transmises par les graines. Le semis peut se faire directement (à 6 mm de profondeur), dans des planches semées densément ou dans des pots ou des plateaux, pour repiquage en plein champ. Pour les plantes cultivées en planche ou sur plateau, le mieux est d’ajouter un engrais soluble (75 ppm, NPK 20–20–20) à l’eau d’arrosage en début de matinée. Lors des premiers stades de croissance, les plants ont éventuellement besoin d’un léger ombrage. On repique les hybrides (principalement ceux de pétsaï) en raison du coût bien plus élevé des semences. Pour le pétsaï, le poids de 1000 graines se situe à 2–4,5 g et il faut 300–600 g/ha si l’on repique et jusqu’à 5 fois plus si l’on sème en direct. La densité de plantation dépend beaucoup du cultivar et de la méthode de culture, mais en général elle se situe à 60 000–80 000 plantes/ha. Les plants sont repiqués dans les 20–30 jours après le semis, en fin d’après-midi, et espacés de 30–50 cm sur la ligne et 50 cm entre les lignes. Les trous de plantation peuvent être traités avec des fongicides avant le repiquage pour empêcher la fonte des semis.<BR>Normalement, le choy sum et le pakchoï sont semés directement au champ en lignes espacées de 20 cm, ou à la volée sur des planches surélevées. Le poids de 1000 graines est de 2 g et il faut 6–10 kg/ha. On recouvre les graines d’une mince couche de terre, de paille ou de balle de riz, et on les maintient humidifiées. On éclaircit les plantes à une tous les 10 cm, après deux semaines environ. Au cours des 2–3 premières semaines, un désherbage régulier est nécessaire. Les plants produits en planches ou sur plateaux peuvent être repiqués environ 15–20 jours après le semis.<BR>Le navet se sème finement dans des sillons espacés de 30 cm ; on éclaircit les plants en les espaçant de 15 cm sur la ligne.

Maladies
De nombreuses maladies attaquent <I>Brassica rapa</I> dans les régions tropicales. On peut lutter contre l’alternariose (<I>Alternaria brassicae</I>, <I>Alternaria circinans</I>) et le mildiou (<I>Peronospora parasitica</I>) par des fongicides et en utilisant des cultivars tolérants. L’anthracnose (<I>Colletotrichum higgingsianum</I>) est une maladie foliaire grave des espèces de <I>Brassica</I>, par ex. en Côte d’Ivoire. La pourriture de la tige (<I>Erwinia carotovora</I>) apparaît en conditions chaudes et humides ; sa fréquence peut être réduite en augmentant le pH du sol (par chaulage). On peut lutter contre les pourritures d’entreposage provoquées par <I>Erwinia</I> au moyen de poudre d’alun. La nervation noire (<I>Xanthomonas campestris</I> pv. <I>campestris</I>) peut être endiguée au moyen de semences et de plants sains, en plantant des cultivars dotés d’un haut niveau de tolérance et en évitant l’arrosage par aspersion. La hernie (<I>Plasmodiophora brassicae</I>) s’est propagée rapidement au cours des dernières décennies, pour devenir une maladie très nuisible dans les régions de hautes terres africaines. Elle est souvent introduite avec la terre présente sur les racines des plants provenant d’autres zones infestées et peut se propager rapidement avec l’eau d’arrosage. Une fois installée, elle ne peut s’éradiquer qu’en cultivant des plantes non-hôtes (non-<I>Brassica</I>) pendant cinq ans au moins. On peut réduire les dégâts en pratiquant une rotation espacée des cultures, en éradicant les crucifères adventices (plantes-hôtes alternatives), par chaulage et en évitant de cultiver sur des sols de pH < 6,5 ; une nouvelle méthode de lutte consiste à ajouter des champignons du sol antagonistes (<I>Trichoderma</I>, <I>Mortierella</I> spp.). Un petit nombre de cultivars de pétsaï semblent offrir une certaine résistance à quelques souches de ce pathogène, mais on ne dispose pas encore de niveaux élevés de résistance durable. D’autres maladies fongiques nuisibles sont la maladie des taches noires (<I>Mycosphaerella brassicicola</I>) et la jaunisse (<I>Fusarium oxysporum</I>), contre lesquelles on peut lutter grâce à la rotation des cultures et à l’utilisation de cultivars résistants. On peut prévenir le virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV) et le virus de la mosaïque du navet (TuMV) en luttant contre les pucerons qui les transmettent et en éradicant leurs hôtes, tels que les espèces adventices de <I>Brassica</I>.<BR>Le ravageur le plus important de <I>Brassica rapa</I> est la teigne des crucifères (<I>Plutella xylostella</I>) contre laquelle la lutte chimique est de plus en plus inefficace car elle devient rapidement résistante à tous les insecticides, à l’exception de ceux à base de nim. En revanche, la lutte biologique au moyen de phéromones sexuelles et de parasitoïdes (<I>Diadegma semiclausum</I>, <I>Apanteles plutellae</I>, <I>Diadromus collaris</I> et <I>Oomyzus sokolowski</I>) est prometteuse. Les autres insectes ravageurs sont les chenilles tisseuses de pyrales (<I>Crocidolomia binotalis</I> et <I>Hellula undalis</I>), particulièrement en Afrique australe, le ver du cotonnier (<I>Spodoptera littoralis</I>), l’altise (<I>Phyllotreta</I> spp.) et la piéride du chou (<I>Pieris canidia</I>). Le puceron cendré du chou (<I>Brevicoryne brassicae</I>) est un vecteur des virus de la mosaïque ; il est conseillé d’appliquer des produits phytosanitaires si plus de 2% des plantes sont attaquées par les pucerons.

Recolte
Il est préférable de récolter les légumes-feuilles tôt le matin. Les pommes de pétsaï se récoltent lorsqu’elles sont compactes et fermes, vers 40–75 jours après le semis (40–55 jours pour les cultivars tropicaux). On coupe la plante à la base, de façon à garder la pomme intacte. On garde parfois quelques feuilles externes pour protéger la pomme au cours du transport. Les hybrides peuvent se récolter en une seule fois, mais il faut vérifier la maturité des pommes des variétés-populations, que l’on récolte en plusieurs fois. Le pakchoï peut être récolté dès 3 semaines après le semis, mais le délai habituel de récolte est de 30–45 jours. Les plantes laissées trop longtemps au champ perdent rapidement leur qualité en raison de la pourriture de la tige ou de la montaison. Le choy sum se récolte juste avant que les fleurs ne s’ouvrent ou quand la plante atteint sa taille maximale, juste avant le début de la montaison, généralement 30–80 jours après le semis. A basse altitude, les cultivars se récoltent généralement en plusieurs fois, pendant une période de 30–45 jours après le semis. Les hybrides de choy sum à montaison tardive sont adaptés à une récolte en un seul passage. Les plantes sont arrachées ou coupées à la base puis conditionnées en petites bottes. <BR>Le navet peut être récolté au bout de 35 jours pour les hybrides les plus précoces, et jusqu’à 80 jours pour les types tardifs. Selon le cultivar, la racine pivotante renflée atteint 5–10 cm de diamètre lorsqu’elle est prête. Les navets sont vendus soit en bottes avec leurs feuilles, soit équeutés (sans leurs feuilles). Leur qualité et leur goût se détériorent rapidement avec l’âge.<BR>Pour la production de semences, on sectionne les plantes à la base lorsqu’une grande partie des fruits (environ 80%) a viré au brun orangé, mais les fruits ne doivent pas encore s’ouvrir lorsqu’on les frotte entre les mains. On met les plantes en bottes avant de les suspendre sur des piquets pour qu’elles finissent de mûrir et de sécher pendant une semaine. On procède ensuite au battage et au tamisage en utilisant des tamis de 1,3–3,0 mm, puis on fait sécher les graines au soleil. Les graines saines bien séchées au soleil (12% d’humidité) doivent couler au fond de l’eau.

Rendements
Les rendements de pétsaï varient beaucoup en fonction des périodes de culture et de maturité, la moyenne étant de 30–50 t/ha de produit frais pour des cultures bien conduites. Le choy sum peut produire entre 20–45 t/ha en culture intensive. Les rendements les plus élevés peuvent être atteints en plantation très dense, en appliquant de fortes quantités d’azote. Le pakchoï produit 10–30 t/ha, en fonction du cultivar et de la période de récolte. Les rendements de navet se situent à 12–25 t/ha aux Etats-Unis. Normalement, la racine pivotante renflée ne dépasse pas 30% du poids total de la plante.

Technologie apres
Soumis aux conditions ambiantes, le pétsaï, le choy sum et le pakchoï ont une durée de conservation très limitée. Le produit doit arriver sur les marchés au plus tard le jour qui suit la récolte. Dans certains cas, les feuilles extérieures de la pomme peuvent être ôtées et la pomme reste vendable encore 2–3 jours. Un stockage sur glace peut causer des lésions dues au froid. Les pommes de pétsaï se conservent 3–6 mois à 0°C sans congélation et à un taux d’humidité relative de 98–100%. Les pommes de certains cultivars sont sensibles au froid et doivent être conservées à des températures légèrement plus élevées. Un stockage dans des sacs plastiques perforés en polyéthylène augmente la durée de conservation, ce qui est le cas aussi si l’on entrepose tête en bas. En général, les plantes cultivées par temps frais et celles qui ont des pommes fermes se conservent mieux. Les plantes de choy sum se conservent bien à 0–5°C, à un taux d’humidité relative de 95%. La tendreté du choy sum ne permet pas de le confire ou de lui faire subir d’autres transformations après récolte. Le navet n’est pas sensible aux dégâts du froid et se conserve 4–5 mois à 0°C à un taux d’humidité relative de 90–95%. Au cours de la réfrigération, il faut réduire la température progressivement pour éviter que le navet ne se fende. Le navet peut également être confit au vinaigre et on peut le congeler ou le sécher en tranches.

Ressources genetique
C’est en Chine que l’on rencontre la variabilité la plus importante de pétsaï, de pakchoï et de choy sum. La tendance est au remplacement des nombreuses variétés locales par un petit nombre de cultivars améliorés. La collecte de variétés locales africaines de pétsaï, par ex. celles du Cameroun et du Congo qui résultent d’introductions anciennes et ont été multipliées à la ferme, pourrait avoir un intérêt pour l’amélioration future. On trouve de nombreux cultivars de navet en Europe et Japon. La Chinese Academy of Agricultural Sciences (CAAS) de Pékin, l’Asian Vegetable Research and Development Center (AVRDC) de Taïwan, l’Institute of Horticultural Research de Wellesbourne (Royaume-Uni), le United States Department of Agriculture (USDA) et le National Institute of Agrobiological Research de Tsukuba (Japon) détiennent d’importantes collections de <I>Brassica rapa</I>.

SelectionFr
L’amélioration génétique du pétsaï a fait l’objet de beaucoup d’attention de la part de l’AVRDC (Taïwan) et des semenciers asiatiques. Sous les tropiques, la sélection est limitée par une vernalisation difficile aux températures ambiantes. Si la floraison peut être induite au champ, on ensache les plantes pour contrôler la pollinisation. Si la floraison doit être induite artificiellement, on déterre les plantes et on les vernalise en chambre froide. Une partie de la pomme peut être coupée pour faciliter la montaison. Les plantes de <I>Brassica rapa</I> montrent une dépression de consanguinité, et une nette hétérosis chez les hybrides. La sélection d’hybrides F<SUB>1</SUB> a démarré dans les années 1950, en tirant parti de l’auto-incompatibilité. On trouve des stérilités mâles cytoplasmique comme génétique à l’état naturel chez les espèces de <I>Brassica</I>. C’est la stérilité mâle cytoplasmique qui est aujourd’hui couramment utilisée pour produire des hybrides, car les systèmes basés sur la stérilité mâle génétique sont peu pratiques et coûteux. La culture de microspores d’anthère est utilisée pour créer rapidement des lignées complètement homozygotes. Les efforts d’amélioration génétique ont débouché sur la création de cultivars hybrides F<SUB>1</SUB> hâtifs pour les basses terres tropicales, qui offrent à la fois des pommes moyennement fermes, une tolérance à la chaleur et une résistance aux principales maladies (pourriture de la tige, anthracnose, mildiou, taches foliaires, virus).<BR>Chez le choy sum, les hybrides gardent une importance réduite, les avantages qu’ils offrent sur les variétés-populations étant négligeables. De nombreux cultivars améliorés sont vendus en grandes quantités en Asie du Sud-Est et en Chine du Sud. Plusieurs semenciers (au Japon, en Chine, à Taïwan, en Thaïlande) ont de petits programmes d’amélioration et offrent un vaste éventail de types de plantes. Des négociants en semences de Hong Kong offrent de bonnes variétés-populations, en particulier pour les types à montaison précoce. La East-West Seed Company est le principal fournisseur du type à montaison tardive (‘Tosakan’) utilisé en Asie du Sud-Est.<BR>L’amélioration génétique du pakchoï se concentre au Japon et en Chine, où l’on trouve une offre de cultivars améliorés tant hybrides qu’à pollinisation libre. Mushashino Seeds est l’un des premiers fournisseurs d’hybrides tropicaux. L’amélioration génétique du navet est effectuée principalement par des semenciers japonais et européens, mais si de nombreux cultivars sont disponibles, aucun n’est spécialement adapté aux conditions tropicales. On ne signale aucun programme d’amélioration génétique de <I>Brassica rapa</I> destiné spécialement à l’Afrique tropicale, l’activité se limitant à des essais comparatifs de cultivars introduits d’Asie ou d’Europe.

Perspectives
En Afrique tropicale, le seul type cultivé important de <I>Brassica rapa</I> est le pétsaï, qui soulève de plus en plus d’intérêt. Les recherches méritent d’être développées sur son amélioration génétique et son agronomie dans les conditions africaines. Le pakchoï et le choy sum sont des légumes-feuilles tropicaux productifs d’une excellente valeur nutritionnelle ; relativement faciles à cultiver, ils gagneraient à être popularisés. Le navet, moins adapté aux tropiques et difficile à cultiver, restera probablement un légume secondaire en Afrique.

Author1
H. Toxopeus

Author2
J. Baas

Editor1
G.J.H. Grubben

Editor2
O.A. Denton

AssEditor1
C.-M. Messiaen

AssEditor2
R.R. Schippers

GenEditor1
R.H.M.J. Lemmens

GenEditor2
L.P.A. Oyen

Editeur francais
M. Chauvet

Photo Editor
E. Boer

Linedrawing
873

Photo1
917

Photo2
352

Photo3
354

Photo4
355

Major refs1
6966

Major refs2
2075

Major refs3
802

Major refs4
5732

Major refs5
8123

Major refs6
801

Major refs7
7678

Major refs8
803

Major refs9
800

Major refs10
8124

Other refs1
2105

Other refs2
6647

Other refs3
8125

Other refs4
8126

Other refs5
8127

Other refs6
6734

Source of illustr1
802

Source of illustr2
801

Source of illustr3
803

Source of illustr4
800

Citation authors
Toxopeus, H. & Baas, J., 2004.

Citation editors
Grubben, G.J.H. & Denton, O.A.

Editeur francais2
J.S. Siemonsma